L’ombre de la bête

16465240_s

Trois jours se sont écoulés depuis mon dernier texte. Trois jours de deuil nécessaire afin que je puisse m’organiser. Je réalise lentement tout ce qui vient de se passer. Ce passé douloureux est bel et bien derrière moi et enterré. Mais le danger rôde encore. La bête est là, nous le savons tous, et jamais elle n’a compté autant d’adeptes. Je le vois, je le ressens. Les regards vides, usés et déçus par leurs existences, je croise chaque jour ses adorateurs qui n’attendent qu’une chose. Une seule chose… C’est qu’elle prenne le contrôle absolu ! Elle n’a jamais été aussi forte, et dans le regard de ceux qui sont encore indemnes, la peur s’est imprégnée dans leurs âmes.

Je me souviens très bien de la bête et de son processus. Elle se terre là, où il n’y a rien. Elle attend patiemment que sa cible soit affaiblie. Elle ne lui sautera pas dessus tout de suite, elle attendra encore et encore. Quand sa victime est sur le point d’agoniser, c’est à ce moment qu’elle lui saute dessus, la mordant à la gorge, lui injectant son venin qui va lui obscurcir son esprit. Le poison anesthésie le cœur, la proie n’est plus capable d’aimer, puis il remonte au cerveau, créant un lien avec son Maitre. Je le sais que trop bien, c’est ainsi qu’elle m’a blessé moi aussi, mais à la différence des autres, c’est qu’elle n’a pas réussi à me convertir. La connaissance m’a empêché de sombrer dans l’obscurantisme de son dogme.

Il s’en est fallu de peu. Oui, de peu ! Mais j’ai survécu ! Certes, ce ne fut pas facile. J’ai traversé l’enfer puis un labyrinthe pour arriver jusqu’à là. Mais je m’en suis sorti ! Afin de ne pas me faire ralentir par les blessures passées, j’ai dû mourir pour que ma régénération puisse s’effectuer. Ces morts successives m’ont permis de décanter cette encre avec laquelle j’écris, c’était obligatoire. La loi est formelle : tout être blessé est condamné à se métamorphoser si elle veut vivre ! Alors j’ai suivi les règles. Oh ! C’est un moment qui est loin d’être agréable. Mais cela est nécessaire quand on veut réaliser ce qui nous tient le plus à cœur.

Trois jours se sont écoulés, et je suis resté seul. J’avais besoin de cette solitude. Il fallait m’organiser et comprendre tout ce qui se tramait. Il fallait cacher ce corps et changer de nom, car je sais que je suis seul sur ce coup-là. Les adeptes de la bête sont partout, et je sais que je ne ferais que semer le trouble dans l’esprit de ceux qui la combattent. Pour cela, je dois agir « In expecto », cela me permettra de préserver ma sécurité ainsi que celle de mes proches.

Vescove… C’est un drôle de nom. Mais en celui-ci demeure comme une énigme. Le V, comme une équerre, symbole de rectitude. Mais aussi comme une ouverture à ce monde, décidément trop refermé sur lui-même. C’est pour cela que j’ai choisi ce nom, mais aussi pour laisser un indice. Je sais, tout cela est mystérieux, mais nécessaire. Je dois me protéger. La bête est encore forte, et je sais que ses traqueurs ne comprendraient pas, car je ne suis ni adepte, ni traqueur. Et dans ce monde, il n’existe pas de place pour les personnes dans mon genre ? C’est aussi pour cela que je tiens à cet anonymat…

©S.V

2 mars 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s