Le mariage alchimique du Bélier et du Poisson

17626323_201070010384655_718583650092365982_n

Comme à chaque année, arrive cet instant astrologique étrange où le Poisson, rétrograde pour venir faire son cygne chez son voisin le Bélier. Deux signes que tout oppose, le Poisson est glissant, tandis que le Bélier, lui est d’un tempérament fonceur. L’un s’attrape par les cornes, tandis que l’autre par la queue. Dans les deux cas, cela ne se termine pas toujours très bien.

La roue astrologique commence et se termine par ses deux signes. L’un est signe d’eau, l’autre de feu. Absolument tout les opposent, et pourtant l’union alchimique est bien là. Par quel truchement ces noces symboliques peuvent réunir ce duo atypique? Cela est valable également pour les signes d’eaux et de feux. L’eau éteint-elle le feu ou est-ce ce dernier qui permet de la faire bouillir afin de préparer la cuisson ? Et pourtant, le mariage à bien été proclamé. Mais a-t-il été consommé ? Le Capricorne ne pourrait-il pas être le rejeton rejeté de cette idylle secrètement cachée? Et si cela était le cas ? N’y aurait pas d’autres astres issus de ces amours désastrés ? N’oublions pas que le Lion a son Cancer (Couple en cours de rémission !) et que le Sagittaire flirt sur les airs chantés de Scorpion.

Le secret est là, caché sous nos yeux. Mais les alchimistes que nous sommes savent toujours trouver la recette de ces unions insolites. L’alchimie et l’astrologie sont deux disciplines jumelles que tout oppose également. Mais où trouver la vérité ?

« In vino veritas » répondra le prophète Desproges, demandant un petit rouge bien tassé dans les estaminets de la capitale. Oui, c’est peut-être cela où se trouve le secret. Le bélier, c’est un peu le nouveau né de l’astrologie, puisque c’est lui qui ouvre le bal des astres. Donc nous préférerons l’agneau. Pour ce qui est du Poisson, lui ayant remonté tout ce courant astronomique, nous choisirons un saumon. Le rose est de rigueur, donc pour ce qui est du vin, ce sera un petit rosé bien frais !

Il y a mille façons d’utiliser l’alchimie culinaire, nous partons toujours de produits bruts, pour en faire des produits finis. Nous préparerons ses deux aliments, bien entendu séparément pour que nous puissions savourer pleinement les saveurs piscicoles contrastant sur celles de l’animal.

Nous privilégierons le saumon en entrée, arrosé d’un petit filet d’huile d’olive, de citron et quelques brins d’aneth afin de relever le goût. Nous ferons cuire lentement l’agneau avec de l’huile d’olive et des herbes de Provence. Nous choisirons neuf belles carottes, mais nous en retirerons une pour que les carottes soit que huit. Nous pouvons aussi agrémenter ce plat d’un peu de riz, puisque celui-ci est une coutume assez fréquente dans les mariages. Rizotto, riz long, Thaï ou Basmati ? Si vous ne savez pas quoi choisir, passez cette rubrique au chinois…

Pour les inconditionnels de l’œuvre au noir de ce mariage blanc, les gourmands termineront ce repas digne d’un 1er avril, par une crème brûlée, les plus sobres choisiront un café noir, tandis que les plus spirituels préféreront le clore avec un spiritueux.

Pour la prochaine rubrique de Pâques, nous verrons comment le Taureau fait son cinéma avec la doublure du Gémeau tout en dégustant du chocolat… Au lait!

Poisson d’avril et égalité zodiacale oblige, le Verseau écrit en ce moment-même le recto de cette chronique, mais la Vierge s’en Balance…

©S.V – 1er avril 2017

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s