L’élan du coeur

53560306_s

Descendu en flamme par le tir d’un canon, il s’était lourdement écrasé sur les plaines de la solitude. C’était il y a plusieurs mois de cela. Une fois remis sur pied, il avait été emprisonné comme les autres, prisonnier de cette guerre ordinaire, ils lui avaient martelé que la guerre était terminée pour lui. Après tant de combats, il était fatigué de cette guerre. Des batailles pour rien se disait-il régulièrement. L’impact de l’obus avait causé pas mal de dégâts. Oh, ce n’était pas la première fois que cela lui arrivait, mais cette fois-ci les réparations demandaient plus de temps que d’habitude. Il ne savait comment faire, souvent plongé dans son désir d’évasion, il avait tenté mille fois de s’échapper. C’était un devoir sacré pour lui ! Mais chacune de ses tentatives s’était transformée en échec. Dure et amère réalité quand on se retrouve prisonnier sur les plaines désolées de la solitude. Loin vers l’infini, s’étendaient, les grands près marécageux dans lesquels il ne pouvait que s’embourber à chaque fois et le contraignant à faire demi-tour. Cette fois-ci, il ne pouvait s’en sortir sans aide. Pourtant, c’était une chose qu’il avait du mal à demander. Il s’en était toujours sorti seul, mais cette fois-ci, les dégâts avaient été plus importants que d’habitude. L’obus avait touché le cœur même de son système interne. Et il n’avait pas tous les éléments dont il avait besoin. Il devait se rendre à l’évidence, avaler sa fierté et oser.

Oser agir, d’appeler à l’aide. Mais pour cela, il devait mettre à plat toutes les pièces qu’il avait en lui. Initier une réparation interne et globale, c’était tout nouveau pour lui. Il devait faire un bilan complet. Il disposa d’un côté les pièces qui avaient des qualités, et de l’autre, toutes celles qui avaient des défauts. Ce n’était pas évident de travailler. Il s’était construit un petit établi bancal afin de pouvoir commencer à travailler correctement. Il avait une assurance dans ses gestes, il savait ce qu’il faisait. La mécanique interne, il l’avait sérieusement étudié, mais voilà… Il ne l’avait jamais pratiqué ! Ensuite, il devait observer son environnement, comprendre les mouvements. Observer, écouter, afin de comprendre. S’il avait eu auparavant l’œil très analytique, ici, tout était complètement différent. Cette zone était régie par d’autres lois qu’il ne connaissait que de nom et qu’il n’avait que survoler brièvement. Les lois de la logique et du mental n’avaient plus cours ici. Et il se retrouva devant le fait accompli. Il devait désapprendre pour réapprendre. Mais cela impliquait qu’il devait absolument changer tout le fonctionnement de son système interne. Face à son cœur en pièce détachée, il devait se rendre à l’évidence. Il devait changer même son principe de fonctionnement.

« Une vaste gageure ! » Se dit-il en souriant. Mais, regardant tout autour de lui, son désir d’évasion ne faisait que croître en lui. Il ne pouvait rester indéfiniment bloqué à travers ces steppes arides et sombres. C’est à leur de la lune qu’il se mit à entreprendre ses travaux. En cherchant tout autour de lui, il avait finalement trouvé un petit atelier, constitué d’autres prisonniers qui travaillaient en collaboration. Il était en bon lieu pour réapprendre les lois de verticalité, d’horizontalité, de rectitude, de gravité et surtout d’attraction. Il avait su auparavant naviguer en se laissant guider par les lumières, mais il devait également apprendre à distinguer la lumière artificielle de celle qui est naturelle. C’était une totale ré-initialisation de son système qu’il devait accomplir. Et devant l’ampleur des travaux à accomplir, il se l’avoua enfin. Il connut la peur… Celle d’échouer une fois de plus, de se retrouver une fois dans les airs, descendu une fois de plus par un obus de 39 ou 40.

Pour cela, il devait alléger, avoir moins de poids qui allait l’alourdir dans ses mouvements et manœuvres. Un soir, à la lueur de la lune, après avoir séché ses larmes, il commença à faire le tri dans son inventaire. Pour la première fois de son existence, il resta silencieux et immobile afin de regarder avec discernement ce qu’il allait garder pour son voyage. C’est alors qu’il entendit clairement la petite voix du système de guidage. Malgré la situation, il se mit à rire depuis longtemps, et se l’avoua enfin. Il était une véritable tête brûlé, un kamikaze de l’amour. Le système de navigation, il l’avait souvent ignoré, et s’il se retrouvait dans cette situation, c’est qu’il n’en avait fait qu’a sa tête. Il s’était laissé guidé par les illusions de son mental. Allongé sur le sol, il laissa parler la petite voix. « Il n’y a pas de guerre ! Ce n’est qu’une illusion dictée par le mental. » Effectivement, il réalisa cela. Les guerres, ne sont causées que par les egos de chacun. Ce n’est qu’une question de pouvoir, et non d’amour. L’amour est une ressource qui alimente chacun d’entre nous, mais la peur du manque, cela avait créé une vaste pénurie qui avait déclenché cette guerre. Depuis combien de temps faisait-elle rage ? Cela lui semblait être depuis la nuit des temps, il combattait depuis si longtemps. Tant de batailles, tant de souffrances. C’était assez ! Alors, afin d’alléger sa carlingue usée, il décida enfin d’abandonner son système d’armement. Il savait être agile et rapide, il n’en avait plus besoin. La guerre était effectivement finie pour lui !

Mais afin de pouvoir repartir, le moteur devait être changé, modifié. Le fonctionnement du cœur avait furieusement dérouillé. Il devait revoir le système d’allumage, d’alimentation, et même son algorithme et paradigme de fonctionnement. En observant tout autour de lui, et l’ayant appris dans son atelier, il fallait s’inspirer des cycles de la nature afin de trouver un bon principe de fonctionnement. Les vieux principes de moteurs à explosion étaient dépassés, ils consommaient beaucoup trop et ne donnaient qu’une autonomie limitée. Inverser le système… L’idée était complètement folle, mais pouvait fonctionner. Il avait besoin d’alimenter le cœur en permanence, et donc afin de pouvoir s’envoler vers d’autres sphères, il devait pouvoir générer continuellement l’amour nécessaire au fonctionnement du cœur. Il fit alors table rase, et se mit à travailler, il commença à établir des plans et schémas. Il lui fallut plusieurs jours et nuit de travail intense pour que le cœur fut enfin achevé. Le principe d’attirance et de répulsion combiné, il avait réussi à trouver le bon fonctionnement. Il commença plusieurs tests d’envols, ceux-ci se trouvèrent être concluant. Il pouvait ainsi s’échapper. Mais, il regarda tout autour de lui… Les autres allaient être encore là, bloqués ici, peut-être pour l’éternité. Il n’avait pas envie de les laisser ici. S’il avait rêvé d’une évasion, désormais, il avait envie d’une échappée belle de grande envergure. Il devait pour cela revoir les paramètres afin d’augmenter le rendement. Alimenter, tout en générant une énergie suffisante pour que cela crée un principe de portance, comme une véritable chaîne unifiée. Il ne pouvait partir maintenant ! La liberté est une chose qui se partage et que l’on ne peut garder pour soi !

Alors à la lueur de la nuit, sondant les profondeurs de son âme, il entreprit alors une nouvelle idée qui fit sourire la petite voix du système de navigation : faire autorité sur lui-même et  revoir entièrement sa façon de piloter…

(A suivre…)

©S.V – 22 octobre 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s