Jour 12 – Le nerf de la guerre

Jour 12,

Sur le web, les esprits s’échauffent. Tout et rien se partagent et se propagent aussi rapidement qu’un virus. Je n’ai pas de compétences médicales si ce n’est qu’écouter et essayer de réconforter. Certains ont les nerfs a vif, et dehors, la pandémie continue de s’amplifier. D’où vient ce virus ? D’un laboratoire secret, d’un animal qui n’a rien de mandé aux hommes, conséquences du réchauffement climatique ? Je l’ignore totalement…

Dans tous les conflits, le nerf de la guerre, c’est l’argent. Depuis le début de cette crise sanitaire, nous assistons à la chute des marchés. Beaucoup ont paniqué, se sont rués sur les supermarchés, sur les stocks de vivre. En quelques jours, nos pays se sont métamorphosés, les hôpitaux sont débordés. Mais au-delà du risque sanitaire, beaucoup se demandent encore comment survivre jusqu’à la fin du mois.

Bien avant tout cela, cette réalité existait déjà pour de nombreuses personnes. Ils vivaient à crédit, sur des découverts autorisés, les marchés se gorgeait d’argent qui n’existait pas et de spéculations d’évènements qui n’étaient pas arrivés. Nos monnaies n’étaient pas basées sur des valeurs fixes mais fluctuantes. C’était il y a quelques semaines, c’était une autre époque. Mais sincèrement… Pourquoi détruire volontairement un business si juteux ? Cela n’a aucun sens !

Comme je le précisai les jours précédents, cette crise met en relief nos disparités sociales. Ces ruées dans les supermarchés auxquels nous avons assisté ces dernières semaines sont le reflet d’autres peurs. Il y a la peur de manquer, mais il y a aussi celle de devoir changer ses habitudes. Perdre son confort, voilà bien là la plus grande peur de notre monde occidental. Personne n’aime revenir en arrière et de devoir descendre de son piédestal social. A force de pressions de tout côté, le socle de notre société, si fracturée, s’en retrouve complètement effondrée dès qu’une difficulté survient.

Si cette pandémie provient bien du pauvre pangolin, alors cet animal en voie d’extinction vient de réaliser le casse du siècle. Dès que le financier tousse, c’est toute l’économie qui se retrouve malade. Et dans cette épreuve, c’est l’ensemble de la planète qui est touchée. Dans les médias, j’entends l’injection de milliers de milliards afin de relancer l’économie. Non, ce n’est pas une réserve d’argent secrète que l’on nous cachait. Cette annonce, c’est celle du retour de l’imprimerie et des planches à billet.

L’argent n’est qu’une échelle de mesure, qui permet de faire des échanges. C’est notre travail fournit qui permet de toucher un revenu. Alors, à force de rester cloîtré à la maison et devant assurer l’avenir de la famille, beaucoup se posent des questions. D’après la pyramide de Maslow, le besoin premier s’est celui de se nourrir. Le second, c’est celui d’assurer sa sécurité. Où chacun de vous se situe en ce moment ? Les troisièmes, quatrièmes et cinquièmes niveaux de cette pyramide (Reconnaissance, Estime et Réalisation de soi) ne peuvent être atteint que si et seulement si les deux premiers sont assurés.

Une base solide permet de tenir, mais nos sociétés tellement fracturées et fragilisées, dénoncent des années d’erreurs politiques. Avec un sommet plus lourd que sa base, notre mode de fonctionnement est sur le point de s’effondrer. C’est logique ! Après la crise, il faudra nettoyer, remettre à plat et bien évidement reconstruire. Bien évidement, nous garderons en mémoire les erreurs du passé, d’autres idéologies surgiront, la vie se réinstallera et puis au fil du temps nous oublierons. Alors une autre catastrophe surviendra et nous refera nous remettre en question. Elle s’éteindra, une autre surgira, car ainsi vivent, meurent et renaissent les civilisations…

©Stéphane Lévêque – 27 mars 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s