Unlimited

L’existence n’est qu’une succession de hauts et de bas. Tous autant que nous sommes, malgré nos vies différentes, vivons cette vague perpétuelle. Nous aimons tous ces moments quand on sent le courant ascendant qui nous pousse plus loin, plus haut. C’est une sensation grisante et qui nous donne encore plus de force et d’énergie. Et puis, il y a ces courants qui nous tirent vers le bas, et qui nous donnent l’impression que l’on va boire la tasse et que l’on va se laisser engloutir dans les profondeurs.

La vie est un sport intense. Cela ressemble à du surf et nous ne sommes pas tous préparés de la même façon afin de pouvoir traverser cet océan. Nous n’avons pas le même patrimoine, ni la même connaissance et encore moins les mêmes aptitudes. Ces différences font que nous apprenons à relever la tête hors de l’eau plus ou moins rapidement afin de reprendre notre voyage.

On a tous connu cette sensation désagréable quand on a l’impression d’avoir la tête sous l’eau et que l’on va se noyer. Et nous réagissons tous différemment. Il y a ceux qui se laissent couler, ceux qui tentent de nager à contre-courant, ceux qui restent nostalgiques des moments où la traversée était plus clémente, ceux qui restent paralysés par les mauvais souvenirs ou par l’angoisse de ce qu’il va se passer plus tard.

Nous avons tous le choix. Nous avons tous ce libre-arbitre qui nous permet de prendre nos propres décisions. Mais bien souvent nous sommes handicapés par ces peurs qui nous limite et ne nous permet pas d’avoir cette souplesse et cette agilité qui nous permettrait de surfer plus aisément. Nos angoisses délimitent nos propres frontières et nous empêche d’aller vers de nouveaux espaces où les courants pourraient être plus faciles. Bien souvent, on se dit que ces eaux plus limpides ne sont pas pour nous, qu’elles restent réservées à d’autres qui sont bien plus doués que nous, qui ont plus de temps ou moins de charges. Nous trouvons cela injuste et les peurs s’alourdissent encore plus avec des sentiments de colère ou de tristesse.

Et puis, arrive ce jour où nous coulons plus profondément que d’habitude. Toute notre vie défile sous nos yeux. Une vie entière d’effort, d’expérience, d’acharnement afin de se maintenir la tête hors de l’eau. Plombés par nos noirceurs, on a la sensation de sombrer encore plus profondément. Alors, comme un geste d’amour que l’on fait pour soi-même, on décide de lâcher ce lest qui va nous entraîner plus profondément. Le cordon une fois coupé, la remontée se fait plus facile. Rapidement, on retrouve la lumière ainsi qu’une bouffée d’air frais qui nous fait un bien fou. Notre planche de surf à côté de nous, on décide de reprendre ce sport de glisse qu’est notre existence.

Mais là, une chose a changé. Délesté de nos peurs et nos angoisses, on se découvre plus de fluidité, plus de souplesse. La glisse se fait plus précise et surtout plus rapide. Le regard ne se porte plus ni sur le passé ou le futur. Simplement appréciant le moment présent, sans l’attendre. Plus de frustrations, plus de peurs, il n’y a alors plus de limites. Alors, à ce moment-là, la lumière réchauffe notre corps, le vent nous donne un nouveau souffle, et ces nouvelles énergies donnent l’envie d’aller plus loin, plus haut, même si de nouvelles vagues descendantes arriveront. Cette agilité et cette souplesse que l’on a gagné nous permettra de mieux les appréhender. Et le regard plein de lumière, porté sur de nouveaux horizons, on se dit à soi-même : « Qu’il est bon de te retrouver ! »

©Stéphane Lévêque – 20 septembre 2020

Photo: usatoday.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s