Jour 239 – La fin est le commencement…

« L’oeil d’Esteban » était le nom de mon ancien blog, ainsi que celui d’un de mes manuscrits…

Drôle d’ambiance en ce moment. Le moral est en berne, les regards sont éteints et les sourires se font rares. Quoique de plus normal, la période est compliquée, il y a le virus, mais nous savons tous les conséquences de l’après. Après la crise sanitaire, viendra très certainement une crise sociale sans précédent. Le mode de vie que nous avons connu ne reviendra pas non plus, et une période encore plus compliquée verra le jour et le défi de l’épreuve à venir sera encore plus grand que celui que l’on traverse actuellement.

L’épreuve, c’est ce qui nous révèle. Je le clamais haut et fort durant le premier confinement. On en sort changé par cette expérience. On s’est retrouvé face à soi-même, submergé par les souvenirs du passé qui nous ont bouleversé. L’épreuve, c’est ce qui permet de se retrouver ou de se révéler. Nous l’avons tous réussi. Jamais nous n’avons perdu, car l’expérience nous a toujours enseignées.

Des épreuves, j’en ai passé des tas comme toi qui lis ces quelques lignes. À chacune d’elle, je me suis toujours relevé, jamais je n’ai abandonné. Je n’ai jamais perdu l’espoir, même parfois quand le moral était au plus bas et que mon univers était sombre. Je me suis accroché, et en aucun cas je n’ai vendu mon âme. Je ne saurais te dire ce qu’il m’a fait tenir le coup, car cela était au plus profond de moi. Cette force faisait battre mon cœur même lorsque celui-ci était brisé et me portait lorsque je chutais et me motivais à me relever coûte que coûte.

Oui, en ce moment, nous assistons à l’effondrement. Nous voudrions que cela soit autrement, car nous aimerions garder ce que nous est agréable. Cela est dur, je le sais. Nos habitudes, nous allons devoir les changer, cela aussi j’en suis conscient. Nous allons devoir apprendre à vivre différemment. Mais s’il y a une chose que je dois t’avouer, c’est que c’est que je ne regretterai rien. Ce monde que nous laissons derrière nous était si injuste. Tant d’inégalité, tant de violence… Comment peut-on faire des différences entre deux humains ? Il n’y a ni genre, ni race. Tout cela, c’est de la connerie de pseudos-intellectuels qui n’ont aucune légitimité. Leurs règles, nous savons tous qu’elles ont été modifiées afin de servir ceux qui s’accrochent encore au pouvoir et à l’argent comme une vieille moule s’accroche à un rocher, car elle a peur de mourir. Alors, si ce monde doit s’effondrer, qu’il en soit ainsi.

La fin est le commencement d’autre chose. Cela, je l’ai appris il y a quelques années lorsque mon monde s’est effondré. C’est pour cela que j’écris ces quelques lignes ce soir. C’est pour te donner un peu d’espoir. Ce putain de nouveau monde que l’on attend depuis des lustres, nous le reconstruirons pierre par pierre. Je serais là à tes côtés quoi qu’il arrive. Je serais là à mon tour pour te redonner l’espoir et la motivation. Je te raconterai tant d’histoires extraordinaires afin que tu puisses retrouver tes rêves. Je n’ai jamais abandonné, alors toi non plus n’abandonne pas. Raccroche à cette tête, ce sourire que j’aime tant regarder afin qu’il rallume cette lueur dans ton regard…

Texte et photo : ©Stéphane Lévêque – 12 novembre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s