Les règles du « Je » – L’interrogatoire

— Cours ! Hurla Diablesse.

Bonnie tourna la tête en direction de la démone et se mit à courir aussi vite qu’elle le pouvait. Elle eut le temps de reconnaître Astaroth accompagné de sa garde. Il était assez rare qu’un des démons principaux se manifeste, mais jamais il n’y avait encore eu d’évasion. Toutes les deux se doutaient bien que les gardes allaient venir, Clyde était parti depuis quelques heures, son embarcation avait disparu de l’horizon assez rapidement dans les brumes.

Afin d’échapper aux gardes, elle prit la direction opposée à la plage. La montagne allait certainement lui dévoiler un refuge. Elle tourna la tête, mais il n’y avait aucun poursuivant derrière elle. Bonnie continua sa course, mais elle ralentit brusquement lorsqu’elle entendit le hurlement de Diablesse.

— Où est-il ? Cria Astaroth en assénant une gifle magistrale à la démone.

Diablesse resta impassible. Elle essuya sa bouche couverte de sang et lui esquissa un sourire narquois.

— Tu aurais perdu un prisonnier ? Quel dommage !

Le général des armées lui asséna un violent coup de poing en plein ventre. Le corps de Diablesse se plia afin d’amortir le choc. La démone se mit à rire.

— Je t’ai connu mieux en forme, mon cher. Ironisa t-elle. A quoi bon ? Tu sais que j’aime ça la torture. Alors pourquoi tu te fatigues ?

— Nous savons que tu l’as aidé. Tu sais ce qui attend les traîtres !

Diablesse haussa les sourcils et un rictus se dessina sur son visage.

— Hum ! Tu me flattes. Je crois que je vais prendre mon pied.

Astaroth toisa Diablesse, et compris que cela ne servait à rien. La démone continuait à la narguer comme elle savait si bien le faire.

— C’est déjà fini ? Susurra t-elle. Quel dommage !

— Cinglée ! Pesta le démon. Pourquoi l’as-tu aidé ?

— Il avait les arguments. Et puis, il me l’a demandé très gentillement si tu vois ce que je veux dire. Répondit-elle en lui faisant un clin d’œil.

Le démon avait une furieuse envie de lui envoyer de nouveau son poing en pleine figure, mais il savait que cela ne servait à rien. Cette cinglée de Diablesse ne demandait que ça et il n’avait pas envie de lui donner ce plaisir.

— Où est-il ? Redemanda-t-il. Réponds-moi ou c’est de ton amie que l’on s’occupe. Tu sais qu’elle risque d’être moins endurante que toi. Elle se dirige en ce moment vers la montagne. J’ai des gardes postés là-bas…

— Elle n’y est pour rien ! Coupa brusquement la démone.

Un sourire se dessina sur le visage d’Astaroth. Il venait de trouver la faille qui allait permettre de mener à bien son interrogatoire.

— Où est-il ?

Diablesse releva la tête afin de faire face à son interrogateur.

— Il a pris la mer, il y a deux heures environs. L’un des passeurs nous a vendu son bateau.

Astaroth répondit d’une claque extrêmement violente qui projeta Diablesse à terre. Celle-ci se releva en passant sa main sur son visage.

— Humm ! Je l’avais méritée celle-là. Dit-elle en faisant sa petite ingénue.

Astaroth secoua la tête puis se dirigea vers la porte. Il s’arrêta puis posa une dernière question.

— Pourquoi l’as-tu aidé réellement ?

Diablesse regarda la carrure du démon qui se dessinait dans la lumière. Elle resta quelques secondes sans rien dire, puis répondit à la question.

— Il nous a promis la liberté. À chacun de nous… C’était un argument valable, et puis je dois t’avouer que j’ai pris mon pied à l’aider. Tu sais que je ne peux pas résister à la transgression.

— Salope ! Pesta le démon en partant.

— Je sais! Répondit la démone avec un grand sourire.

Astaroth regarda la mer au loin ainsi que les brumes. Clyde était parti depuis près de deux heures. Il se mit à réfléchir, puis, il fit signe à ses gardes.

— Les gars ! Venez avec moi, on va au port. On a un passeur à aller voir.

Il tourna la tête en direction de la maison. Diablesse se tenait cambrée dans l’encadrement de la porte.

— On reviendra te régler ton compte. J’y veillerai personnellement.

— Mais j’espère bien ! Répondit-elle en lui faisant un clin d’œil.

Diablesse vit Astaroth s’éloigner avec ses gardes. Ce salaud allait revenir très rapidement, il fallait qu’elle et Bonnie quittent l’île rapidement. Les tourments qui étaient réservés aux traîtres étaient loin d’être une partie de plaisir. Ce jeu qu’elle avait joué auprès d’Astaroth ne lui avait permis que de gagner un peu de temps.

Une fois sûre que les gardes avaient quitté l’île. Elle se dirigea en courant vers la montagne. Bonnie avait certainement dû trouver la grotte. Clyde leur avait désigné l’emplacement de celle-ci. Elle n’était pas répertoriée dans aucun des registres. Après quelques minutes, Diablesse trouva la grotte en question. Elle devina la silhouette de Bonnie recroquevillée dans la pénombre.

— Ils sont partis, mais ils vont revenir.

— Je sais, coupa Bonnie. Tu as une idée ?

Diablesse hocha la tête.

— Je n’en ai pas la moindre idée, ma belle. Astaroth est parti au port, on va avoir du mal à trouver un bateau maintenant.

Les deux femmes restèrent un moment dans le silence. Puis, Bonnie se leva brusquement.

— Attends !

— Qu’est-ce qu’il y a ? Demanda la diablesse.

Bonnie improvisa une torche avec un bout de bois et un morceau de sa robe qu’elle alluma avec une allumette. Les flammes léchèrent le bout de tissu, ce qui permis d’avoir un peu de lumière. Bonnie éclaira l’une des parois de la grotte. Une inscription était gravée dans la roche. C’était une inscription ancienne.

— Putain de Clyde, t’es vraiment le roi des filous ! S’exclama Bonnie.

Bonnie approcha la torche plus près afin que Diablesse puisse lire ce qui était inscrit, elle jura elle aussi en lisant ce qui était inscrit :

« Règle N°8 : Toujours avoir un coup d’avance. Il y a un autre bateau en bas de la falaise. »

©Stéphane Lvq – 3 janvier 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s