Les règles du « Je » – Mythique

A peine que le bateau des trois femmes quitta les côtes qu’elles aperçurent au loin les hommes d’Astaroth qui hurlaient en regardant dans leur direction.

— Il était moins une, soupira Diablesse soulagée d’avoir quitté ces lieux.

Bonnie lui adressa un sourire compatissant et s’approcha d’elle pour une donner un peu de réconfort. Celle qui s’était vu offrir la dame de pique était d’un naturel très empathique, elle comprenait ce que la démone pouvait ressentir. Avoir vécu en enfer tout le long de sa vie, puis arriver enfin à s’échapper, cela était une émotion intense. Bonnie s’approcha du visage de Diablesse, une larme coulait le long de sa joue. Bonnie l’essuya avec son pouce puis la prit dans ses bras.

— Ne t’inquiète pas ! Cela va bien se passer, on est en sécurité et on ne reviendra plus jamais ici.

Diablesse répondit d’un hochement de tête ainsi que d’une esquisse de sourire.

— Tu fais partie du jeu, ajouta sèchement Sakura qui regardait l’horizon.

— Quel est ce jeu ? Demanda Bonnie. Est-ce que tu en sais plus ?

— Je l’ignore, reprit solennellement Sakura. Clyde est vrai mystère pour moi.

Diablesse et Bonnie pouffèrent de rire.

— C’est bien vrai, annonça Bonnie. Plus je m’avance dans cette aventure avec vous et plus j’ai l’impression que nous avons connu un homme différent. Sakura, comment l’as-tu rencontré ?

Sakura pris une longue inspiration puis, le regard toujours porté vers l’horizon, commença son récit.

— Je l’ai rencontré dans les îles mythiques.

— Les îles mythiques ? Demanda Diablesse. Qu’est-ce que c’est ?

— Ce sont les îles qui sont plus loin au large. Elles sont situées entre le paradis et l’enfer. Certaines légendes racontent que ces lieux sont propices aux rencontres. Je m’y étais installé après le départ de mon époux. Un soir, un bateau a accosté sur mon île. C’est là que je l’ai rencontré. Je pensais au départ que c’était mon mari qui était revenu, mais je me suis bloquée en me rendant compte que c’était un autre homme. Cependant, je me suis rendu compte que cet homme n’était pas mauvais. Bien qu’il ne soit pas resté longtemps, il est devenu un ami sincère. Avant de partir, il m’a donné ces trois cartes et les coordonnées afin que je puisse vous retrouver. Il m’a indiqué une autre île où nous pouvons faire escale. Il m’a parlé d’une vieille amie, Nilüfer, qui pourra nous aider et nous permettre de mieux comprendre.

— Est-ce celle qui possède la dame de carreau ? Demanda Diablesse

— Je l’ignore, ajouta Sakura.

— Monsieur, elles nous ont échappé.

Le pauvre garde qui annonça cela reçu un coup de poing magistral qui le projeta au sol. Puis, tout en continuant de déchaîner sa colère, Astaroth lui asséna de violents coups de pieds. Après quelques minutes, le corps ensanglanté du malheureux semblait inerte. Le général approcha la main de son visage, il ressentait encore une faible respiration. Celui-ci lui donna un dernier coup de pied dans le ventre. L’homme cracha un mélange de salive et sang.

— Je ne t’accorderais pas le plaisir de la mort, lui dit-il. Emmenez-le et balancez-le dans la fosse. À cause de son incompétence, je n’ai plus aucun moyen de pression sur Clyde.

Le général regarda deux de ses hommes emmener le corps du pauvre homme sur lequel il venait de se défouler.

— Je vais devoir aller rendre compte auprès de Lucifer. Autant vous dire que je vais en prendre moi aussi pour mon grade.

Les gardes qui étaient restés n’osaient rien dire, par peur de déclencher la colère de leur chef. Astaroth observait au loin le navire des trois femmes qui disparaissait dans les brumes. Elles venaient de passer la frontière. Derrière les brumes, se trouvait les fameuses îles mythiques. Mais il ne pouvait s’y rendre librement sans déclencher une guerre, car ce territoire était une zone neutre. Partagées entre l’enfer et le paradis, ces îles étaient devenues au fil du temps une zone neutre que chacun des camps respectait scrupuleusement. De plus, ne pouvant s’y rendre par la mer, seule la voie aérienne était possible. Le problème était que seuls les démons des huitièmes et neuvièmes cercles disposaient du pouvoir de s’envoler, ce qui réduisait considérablement le nombres de personnes pouvant aller à la recherche de Clyde et de ses deux complices. Seule une alliance entre les deux camps permettrait d’effectuer les recherches sans déclencher de conflit et de disposer du nombre nécessaire afin d’aller à la poursuite du fugitif.

Cela faisait plusieurs heures que Clyde était parti et la nuit commençait à tomber. Pendant qu’Astaroth se dirigeait vers la salle du conseil afin de rendre compte de la situation à Lucifer, le bateau des trois femmes s’approchait d’une île. Sakura manœuvrait le bateau afin d’accoster, tandis que Bonnie et Diablesse regardaient faire celle qui avait reçu la dame de trèfle. Sakura était agile et maniait la barre avec perfection.

— Où as-tu appris à naviguer ? Demandèrent les deux femmes.

— C’est mon mari qui me l’a appris. Il voulait que j’apprenne moi aussi au cas où.

— Et où est ton mari ? Pourquoi est-il parti ? Redemanda Bonnie.

— Son cœur, soupira Sakura. Celui-ci s’est arrêté soudainement. Son âme est partie dans un autre monde.

Sakura manœuvra une dernière fois la voile. Puis s’approcha de la proue du navire. Elle lança la corde afin d’arrimer l’embarcation. Les trois femmes descendirent du bateau. L’île ressemblait un peu à celle qu’elles avaient quitté, mais le climat était différent. Plus doux, plus chaleureux, il y avait ici une certaine douceur qui réconfortait les trois femmes.

Ce fut Diablesse qui vit en premier des pierres disposées dans le sable et qui semblait baliser un chemin. Les trois femmes décidèrent de le suivre, tout en restant sur leurs gardes.

— C’est l’île que Clyde m’a indiqué. On ne devrait rien craindre, avait dit Sakura avant que le brelan de dame ne s’engage sur le chemin.

Au bout de quelques minutes, elles aperçurent une habitation au loin. C’était une jolie petite maison blanche avec des colonnades, le style était sobre mais semblait tout de même luxueux. Au fur et à mesure que le brelan de dame s’approchait, elles distinguèrent le jardin qui était bien entretenu. Un feu brûlait au milieu de la cour. Une femme était assise en tailleur devant celui-ci. Elle se leva soudainement. Les trois femmes sortirent de la pénombre et s’approchèrent d’elle. On aurait dit une déesse grecque, ses cheveux noirs contrastaient avec sa robe blanche et sa ceinture d’or. Son visage rayonnant empêchait toute personne de lui donner un âge et lui donnait l’impression qu’elle était immortelle.

— Vous êtes Nilüfer ? Demanda Bonnie.

La femme plissa les yeux et se mit à sourire.

— Oui, c’est bien moi. Qui êtes-vous ? Et qui vous a dit mon nom ?

Les trois femmes se présentèrent à tour de rôle, mais quand elles prononcèrent le nom de Clyde, Nilüfer semblait surprise.

— Je ne connais pas ce Clyde. Il doit y avoir une erreur.

Nilüfer les invita à s’asseoir avec elle autour du feu. Elle leur offrit en guise de bienvenue une tasse d’une infusion qui semblait avoir le goût de miel. La chaleur et le goût du breuvage les réconfortait. Diablesse et Bonnie racontèrent leurs histoires, comment elles avaient rencontré Clyde ainsi que son évasion. Nilüfer semblait intriguée, cette histoire lui était familière, elle avait envie de leur dire mais préférait écouter ce que ces femmes racontaient. Sakura raconta également sa rencontre avec Clyde.

— Il m’a dit de vous montrer cela, termina Sakura. Il m’a dit que vous comprendriez.

Sakura sortit de sa poche la dame de trèfle. Bonnie et Diablesse montrèrent à leur tour la dame de pique et la dame de cœur. Le regard de Nilüfer s’illumina en voyant les trois cartes. Elle savait qui était enfin ce Clyde.

— Il est de retour ! S’exclama Nilüfer. Vous le connaissez sous le nom de Clyde, nous le connaissons sous un autre nom, celui d’Esteban.

— Esteban ? S’étonna Sakura. Pourquoi nous a-t-il donné un autre nom ?

Nilüfer posa sa main sur celle de Sakura afin de la rassurer.

— Esteban, Clyde, qu’importe le nom qu’il utilise est loin d’être néfaste. Bien au contraire ! Je vois ce qu’il veut faire. Il veut réunir les deux jeux.

— Les deux jeux ? S’étonna Bonnie. Qu’est-ce que vous voulez dire ? Il y a d’autres dames de cœur, de trèfle ou de pique ?

— Non, répondit Nilüfer. C’est un jeu différent. C’est celui qu’il a parcouru la première fois et qui l’a fait devenir ce qu’il est devenu.

Le visage des trois femmes s’étonnèrent de surprise quand Nilüfer sortit la carte que Clyde lui avait donné. C’était effectivement un autre jeu, les cartes étaient plus allongée et les personnages différents. Nilüfer possédait la carte de l’Impératrice. Et sur le dos de celle-ci était marquée également une inscription.

« Règle n°12 : Rassembler afin de ne pas se disperser »

©Stéphane Lvq – 17 janvier 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s