Les règles du « Je » – La dame de trèfle

Clyde ne se reposa que quelques heures. Il se réveilla dans la demeure de Clarita. La dame de carreau préparait le repas. Il avait encore les traits tirés par la fatigue.

— Tu devrais te reposer encore. Il est encore tôt, je te réveillerais pour manger.

Clyde ne l’écouta pas et se dirigea droit vers la cafetière.

— J’ai ressenti que Sakura a quitté le jeu, répondit-il. Quel dommage !

Clarita le regardait, impassible devant sa tasse de café.

— S’il y a une dame en moins, cela est-il gênant ?

Clyde se resservit une tasse de café et rassura Clarita.

— Lorsqu’une dame quitte le jeu, une autre est désignée. Elle ira rejoindre les deux autres, comme ce qui est convenu.

— Et pourquoi, ce n’est pas moi ? Demanda la dame de carreau. Tu as besoin de nous quatre pour ouvrir le portail.

— Cinq, corrigea Clyde. Quatre dame et un joker.

— Un joker ? Tu ne m’en as jamais parlé.

Le regard de Clarita avait changé. Clyde était décidément un homme plein de mystère. Celui-ci semblait imperturbable, et semblait avoir un coup d’avance sur l’ensemble des évènements. Celui-ci vida sa tasse de café. Et se dirigea vers la chambre.

— Tu as raison. Je n’ai jamais parlé du Joker. C’est la clef qui permet d’activer l’ensemble des cartes en jeu.

— Qui est le joker ? Est-ce que je la connais ? Demanda Clarita avec une petite pointe de jalousie dans la voie.

Clyde répondit avec un petit sourire en coin.

— Celui qui possède le Joker est le maître du jeu, car il possède la clef. Mais là, je vais aller dormir encore un peu.

Pendant ce temps-là, Bonnie et Diablesse découvraient l’île de l’Impératrice. Nilüfer leur avait indiqué le chemin pour aller rencontrer les autres habitants.. Les deux avaient décidé de rencontrer les gardiens du temple. D’après leur hôtesse, ceux-ci avaient les réponses à leurs questions, et il semblait évident pour la paire de dame d’aller à cet endroit en premier. Nilüfer avait décrit Stella et Jehm comme des amis de longues dates. Tous les trois avaient rencontrés Clyde au tout début. À cette époque, il n’était pas encore devenu l’homme qu’il était actuellement. Bonnie et Diablesse avaient voulu en savoir plus, mais l’Impératrice avait préféré que ce soit eux qui racontent la suite de l’histoire. Ils en savaient plus, beaucoup plus. Jehm et Stella connaissait le secret de Clyde que Nilüfer ignorait.

Au loin, une grande bâtisse se dessinait à l’horizon. C’était un grand bâtiment blanc dont le chapiteau était supporté par trois grandes colonnes. Sur le perron, les deux femmes distinguèrent un couple qui était assis. L’homme avec sa barbe blanche et son imposante carrure ressemblait à un vieux viking. La femme, dans sa longue robe noir où semblaient disparaître sa longue chevelure lui donnait un air ensorcelant. En voyant arriver les deux dames, le couple se leva et se dirigèrent vers elles. L’homme marchait difficilement, comme s’il était rouillé, tandis que la femme avait une démarche plus féline. Ils firent face aux deux femmes avant même qu’elle puisse entrer dans le jardin qui entourait le temple.

— Qui êtes-vous ? Demanda la femme. Pourquoi désirez-vous rentrer dans le péristyle ?

L’homme posa sa main droite vers son ceinturon. Les deux femmes virent que l’homme était armé et semblait bien être prêt à user de son épée.

— Je suis peut-être âgé, dit l’homme d’une voix grave. Mais je sais très bien manier le glaive. Pourquoi désirez-vous rentrer dans le péristyle ?

Les femmes étaient intimidées. Bonnie se mit à balbutier, mais ce fut Diablesse qui se décida de montrer sa carte en premier.

— C’est Nilüfer qui nous a dit de venir vous voir. Elle nous a dit que vous avez les réponses à nos questions. Nous le connaissons sous le nom de Clyde, il me semble que vous le connaissez sous le nom d’Esteban. Qui est-il ? Et savez-vous pourquoi, il nous a donné ces cartes ?

Bonnie sortit a son tour sa carte ce qui provoqua un sourire sur le visage de Stella et Jehm. Ceux-ci échangèrent un regard complice. Ils s’écartèrent afin de laisser le passage aux deux femmes.

— Ah la bonne heure ! S’exclama Stella. Depuis le temps qu’il a toute les cartes en main, il s’est enfin décidé à les utiliser.

— Soyez les bienvenues, ajouta Jehm. Venez et entrez, nous répondrons à vos questions.

— Avez-vous également une carte ? Demanda timidement Bonnie.

Stella montra sa carte, c’était celle de la Papesse. Jehm, lui, montra celle du Pape. Sur le dos de chacune d’elle était également inscrite une des règles.

« Règle n°14 : Lorsqu’on frappe à la porte, on nous ouvre »

« Règle n°15 : Quand on cherche, on trouve»

De son côté, Sakura arrivait vers les côtes de son île. Elle manœuvrait tranquillement. Elle n’avait qu’une envie, se poser et rester dans son coin. Elle ne voulait plus entendre parler de Clyde et de son jeu. Tout cela était bien trop compliqué pour elle qui préférait les choses simples. C’est pour cela qu’elle avait laissé sa carte avec ce mot qu’elle avait laissé à ces deux femmes.

Sakura était arrivée chez elle. Rien avait changé, mais il y avait un petit truc qui la chagrinait un peu. Son île, dans laquelle elle se sentait si bien, semblait un peu terne. Elle ne comprenait pas pourquoi. Elle se dirigeait lentement vers sa maison. Elle reconnut le chemin qu’elle avait sillonné tant de fois, le jardin où elle avait passé tant de temps, sa demeure où elle avait toujours vécu. Elle était chez elle, mais elle avait un truc qui ne la rendait pas complètement heureuse.

Une voix derrière elle la fit sursauter.

— Tu as connu d’autres lieux. Tu as commencé une aventure, mais tu ne l’as pas terminée. C’est pour cela que tout doit sentir cette tristesse.

Sakura se tourna subitement. Une femme à la chevelure rousse et au regard malicieux, lui souriait.

— Qui êtes-vous ? Demanda Sakura. Que faites-vous ici ?

La femme tendit une carte à Sakura. C’était celle de la dame de trèfle. Sakura eut un mouvement de surprise.

— Quand une dame quitte le jeu, celle-ci est remplacée. Clyde te donne une seconde chance, si tu le veux, bien sûr.

– Que m’arrivera-t-il si je refuse ? Allez-vous me faire disparaître ?

La femme la rassura.

— Il ne t’arrivera rien. Mais, tu auras la sensation d’avoir loupé quelque chose. Tu auras des regrets, c’est pour cela que l’on ne fait pas demi-tour. C’est la règle n°2.

Sakura regarda tout autour d’elle, ces lieux qu’elle connaissait depuis toujours semblaient absents de vie, de joie. Elle était restée si longtemps sur cette île et son court voyage lui avait donné secrètement l’envie d’en découvrir d’autres.

— Enfoiré de Clyde ! Pesta-t-elle en saisissant la carte que la femme lui tendait.

Elle examina la carte et reconnut la règle n°11 qui était inscrite au dos. Puis, elle posa son regard sur cette femme.

— Vous n’avez pas répondu à ma question. Est-ce vous qui avez la dame de carreau ?

La femme répondit d’un petit rire.

— Je m’appelle Lisa et j’ai effectivement une carte.

Lisa montra la carte que Clyde lui avait donné. C’était celle du Joker et sur le dos était inscrit une règle.

« Règle n°16 : Sans folie, rien ne se vit… »

©Stéphane Lvq – 31 janvier 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s