Les règles du « Je » — La chute de Clyde

Bonnie se mit à réagir à la dernière parole de Jehm.

— Comment peut-il prendre le contrôle ? Il est seul, face à deux armées. S’il pense compter sur nous, il se trompe. Je n’irai pas au combat pour lui. D’ailleurs, tout cela, tout ce charabia avec ces cartes, je n’y comprends rien. Je désire partir.

Jehm regarda Bonnie et accepta d’un signe de tête.

— Si cela est votre volonté, alors soit ! Vous êtes libre de partir. Stella va vous accompagner.

Bonnie se leva et commença à se diriger vers la porte. Elle tourna la tête en direction de Diablesse qui était encore assise.

— On y va ? Demanda Bonnie.

Mais Diablesse ne semblait pas être du même avis.

— Je reste, annonça t-elle. Cette histoire m’a amené ici, alors je veux saisir cette chance. Tu sais Bonnie, je dois t’avouer quelque chose. J’ai assisté à sa transformation. J’ai vu Esteban se transformer peu à peu en Clyde.

— C’est maintenant que tu me le dis ? S’écria Bonnie. Décidément, j’ai raison de partir.

Stella ouvrit la porte et elle accompagna Bonnie. Elle la laissa à l’entrée du temple, puis referma la porte sans dire un seul mot. Bonnie se retrouvait seule désormais. Diablesse était restée à l’intérieur et elle n’avait qu’une envie, retrouver la paix, le calme. Tant pis pour ceux qui étaient à sa recherche. Ils pouvaient la capturer, elle n’en avait plus rien à faire. Clyde était décidément une personne bien trop compliquée pour elle. D’un pas décidé, elle se dirigea vers la maison de Nilüfer.

De son côté, Diablesse continuait d’écouter Jehm. Stella les avait rejoints et leurs explications lui permettait de comprendre un peu mieux le fin mot de l’histoire.

— Nos cartes, les arcanes du Tarot, c’est son apprentissage intérieur. Il a voyagé à travers chacune d’elles afin qu’il puisse découvrir qui il était réellement. À l’époque, c’était un homme blessé et cela lui a permis de guérir. Vos cartes, représentent ses actions. Dans le Tarot, on les appelle également arcanes mineures. Le cœur, c’est également la coupe. Elle représente nos liens sociaux. S’il vous a donné cette carte, c’est parce que vous êtes une amie qu’il estime beaucoup. Pour ce qui est du pique, c’est aussi l’épée. Le pique représente nos actions qu’elles soient physiques ou verbales. Visiblement, Bonnie n’a pas compris le message de Clyde, peut-être l’a t-il mal exprimé ou n’a pas osé lui dire. Le trèfle, c’est le bâton et symbolise le travail. Celle qui a reçu cette carte est une personne que Clyde admire pour son travail. Et le carreau, c’est le denier. C’est le symbole de la richesse qu’elle soit extérieure ou intérieure. En mettant les dames en jeu, Clyde a travaillé sur son principal point faible : La femme. Il fut blessé par amour et sait que c’est par celui-ci qu’il peut guérir. Il a su trouver l’amour intérieur. Il ne cherchait que la personne avec qui le partager.

Lorsque Jehm eut fini de parler. Diablesse hocha la tête et raconta sa rencontre avec Esteban. Celui-ci était enfermé. Elle l’avait aidé à s’échapper. Il y avait un truc chez cet homme qu’elle avait apprécié dès le premier regard.

— Dans le regard de l’autre, coupa Stella. Il y a une partie de soi-même. Cela s’appelle l’altérité. Et dans chaque dame qu’il avait choisi, il l’avait bien saisi. Il ne vous avait pas choisi pour rien. S’il vous a donné cette carte précisément, c’est qu’il savait qu’il pouvait avoir confiance en vous. La dame de cœur, c’est celle en qui on peut avoir confiance. 

— Et le joker ? Demanda Diablesse. Cette carte à bien une signification. Elle peut remplacer n’importe qu’elle autre carte.

— Effectivement, ajouta Jehm. Le joker, c’est le fou ou le mat. Elle représente un être libre ou qui vit dans l’illusion de la liberté. S’il a donné cette carte à une personne, c’est qu’il appréciait sa liberté.

Stella s’approcha de Diablesse et lui adressa un sourire.

— Vous avez fait le choix de rester. Alors, nous allons vous révéler nos secrets. Ce sont les mêmes que nous avons révélés à votre ami.

Bonnie s’approchait de la maison de Nilüfer. L’hôtesse était étonnée de voir Bonnie revenir seule. Elle lui expliqua ce qu’il s’était passé, Diablesse qui avait choisi de rester. Les deux femmes prirent le temps de discuter.

— Vous savez. J’ai vécu une grande histoire avec lui. Si cet homme peut être doué pour la communication, il a du mal à exprimer ses sentiments. Il peut sembler froid au premier abord, mais c’est en fait un homme généreux et aimant ,mais il faut sans cesse le forcer à parler.

— Pourquoi ? Demanda Bonnie. Pourquoi n’ose t-il dire les choses ? C’est tellement plus simple !

— Sa dernière peur. Sa plus grande en vérité. Celle de se sentir ridicule, de se sentir rejeté. Il m’a raconté ce qu’il avait vécu. Son journal ne représente qu’une infime partie. Je lui ai dit de le publier, mais il m’a toujours répondu la même chose. Il ne veut pas publier de la souffrance ou de la rancœur. Il veut publier de l’amour, de la joie et de la sagesse. C’est pour cela qu’il ne l’a jamais publié et qu’il ne le publiera jamais. Cela ne ferait qu’effondrer ce monde.

— Mais ce monde, Jehm a dit qu’il voulait en prendre le contrôle ?

Nilüfer se mit à rire à gorge déployée.

— S’il avait vraiment l’intention de le faire, il l’aurait fait depuis longtemps. Il en a les capacités, mais le pouvoir, l’argent, tout cela ne l’a jamais intéressé. Il a craqué la matrice quand nous étions ensemble. Quand une situation se présente, il sait reconnaître rapidement les éléments en action mais également les causes et les conséquences et sait donc intervenir rapidement. C’est de la qu’il tient sa vivacité d’esprit. Parfois, je dois l’avouer, on a l’impression qu’il a toujours un coup d’avance sur les autres. Il analyse et comprend vite, c’est son parcours qui lui a permis cela. Mais, il n’en parle jamais. Avec les femmes, il fait également cela. C’est pour cela qu’il n’ose pas dire les choses. Et ses capacités sensitives ne l’aident pas à cela !

— Ses capacités sensitives ? Demanda subitement Bonnie. Que voulez-vous dire par là ?

— Cela, il n’en a jamais parlé à Jehm et Stella. Clyde a un véritable don pour cela. Il sait ressentir les choses, les évènements, mais également les personnes. Il sait lire en nous comme dans un livre ouvert. Un seul regard suffit pour lui, mais cette force est également sa principale faiblesse, car il ressent les émotions de la personne qu’il a en face de lui. Et ses sens sont très affinés ! C’est pour cela que parfois, il peut sembler distant.

Bonnie écoutait attentivement ce que Nilüfer lui racontait. Ce récit lui décrivait l’inimité d’un homme qu’elle ne connaissait que superficiellement.

Au loin, le bateau arrivait sur l’île de Clarita. La tempête s’était calmée. Sakura avait encore le teint livide mais commençait à reprendre des couleurs. Lisa, toujours aussi sûre d’elle finissait de terminer sa manœuvre. Les deux femmes descendirent du navire et se mirent à marcher sur la plage.

Clarita était sur le pas de sa porte, Clyde était là, souriant afin d’accueillir les deux femmes. Il prit Lisa dans ses bras et se dirigea vers Sakura qui restait en retrait.

Leurs regards se croisèrent. Clyde continuait de sourire. Le visage de Sakura se décrispa et elle tendit son bras afin de l’enlacer. Le torse de Clyde se colla à celui de sa dame de trèfle, quand soudainement. Clarita et Lisa furent témoins de la scène. Clyde reculait, ses deux mains touchant son ventre ensanglanté. Sakura lâcha le couteau qu’elle avait caché et se mit à reculer. Clyde tomba les deux genoux au sol tout en continuant de sourire.

— Je te remercie. Je n’en attendais pas moins de ta part…

©Stéphane Lvq – 13 février 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s